Fondée en octobre 1913, la Corporation des Concessionnaires d'Automobiles de Montréal (CCAM) est une corporation professionnelle qui a de profondes racines dans le monde de l'automobile. La CCAM a pour mandat premier d'informer ses membres sur toute modification réglementaire ou législative afin de mieux servir les consommateurs. Outre les 240 concessions de véhicules et camions lourds neufs membres de cette corporation, on retrouve aussi, à titre d'associés, les manufacturiers de véhicules.

Les concessions affiliées à la CCAM emploient plus de 13 000 professionnels de l'automobile qui possèdent une compétence apte à satisfaire les demandes du marché de l'automobile d'aujourd'hui.

 


1910 - 1920

1910En 1913, la Montreal Automobile Trade Association est fondée. Elle regroupe les concessionnaires de la Ville de Montréal et de partout en province. La guerre qui fait rage en Europe a des répercussions au pays en raison de membres de l’association blessés à la guerre ou de dirigeants appelés à faire partie de l’effort de guerre à cause de leur expérience. En 1918, la situation s’est détériorée au point que l’association suspend momentanément ses activités. Mais il s’agit d’un intermède de quelques mois seulement, la fin du premier conflit mondial permettant au marché de l’automobile de remonter en flèche.


1930

1930

Cette période est sans doute la plus difficile que l’Association a traversé. Comme si une crise économique sans précédent n’avait pas suffi, un conflit mondial est venu lui succéder. Au cours des années 30, le manque à gagner de la population a sérieusement touché le commerce automobile. Par ailleurs, même si on parle de Grande Dépression, une bonne partie de la population travaillait et continuait de consommer, même si c’était moins qu’auparavant. Les activités de la MATA n’ont pas cessé, pas plus que la tenue d’un salon automobile. Ses dirigeants ont fait part de beaucoup de doigté pour gérer ces conditions difficiles et protéger ses membres contre les aléas d’une période économique tourmentée.


1940

1940

Les années de l’après-guerre connaissent un boom de la production automobile. Après plusieurs années de non-production, l’arrivée de nouveaux modèles pousse les acheteurs vers les salles d’exposition. Les innovations techniques ainsi que des designs audacieux bouleversent cette industrie. Les voitures sont plus grosses, plus puissantes et le rêve américain de plus en plus réalisable.


1950

1950

Lorsque Fernand Jarry a été élu à la présidence de la MATA, l’industrie automobile était à une période charnière. En effet, le second conflit mondial était terminé, mais la guerre de Corée débutait tandis que l’économie se préparait à connaitre une croissance accélérée. Les salaires augmentaient et la société de consommation devenait une réalité. Ces bouleversements ainsi que l’arrivée de plusieurs nouveaux modèles automobiles ont dynamisé le secteur automobile.


1960

1960

Ces années ont été marquantes pour les concessionnaires automobiles de Montréal. En premier lieu, l’Association a changé ses structures corporatives pour devenir une société sans but lucratif. En plus, on a fondé le Salon International de l’Auto de Montréal Ltée, une compagnie satellite de la corporation qui permet à l’Association de gérer le Salon de l’Auto sans partenaires. Cette période a vu l’arrivée des marques japonaises et la consolidation des Européens, augmentant le nombre de concessionnaires.


1970

1970

Cette période a débuté de façon très positive alors que les ventes ont continué de progresser régulièrement. Non seulement les concessionnaires vendaient plus de voitures, mais plusieurs ont agrandi leur édifice et augmenté le nombre d’employés. À Montréal, la tenue des Jeux Olympiques d’été a donné beaucoup de dynamisme à la ville et les gens dépensaient plus que la moyenne. Mais les choses se sont rapidement dégradées après la tenue des Jeux. Même si les répercussions n’ont pas été aussi dramatiques au Canada qu’aux États-Unis, la crise du pétrole qui a sévi un peu partout sur la planète a causé une réduction des ventes automobiles et une hausse du prix du pétrole.


1980

1980

Le début des années 80 a vu une crise économique catastrophique secouer fortement le monde des concessionnaires automobiles. La CCAM a survécu à la tempête, et au milieu de cette décennie, les affaires étaient plus rassurantes. Au fil des années, la Corporation déménage dans de nouveaux bureaux situés à ville Saint-Laurent, l’organisation cléricale devient plus professionnelle, tandis que le Salon de l’Auto, appelé à devenir le SIAM, devient partie intégrante de l’organisme. La reprise des affaires, le plus grand nombre de manufacturiers et la création de multiples entreprises corollaires offrant des services aux automobilistes rendent la gestion de la CCAM plus complexe.


1990

1990

Cette période en est une de consolidation alors que le commerce automobile est de mieux en mieux structuré et de plus en plus assujetti à des contrôles gouvernementaux. Le nombre de concessionnaires de mar-ques étrangères ne cesse de croitre et ceux-ci ne sont plus une curiosité sur la scène du marché de l’auto-mobile. Sur le plan commercial, la location à long terme se répand et les concessionnaires doivent s’ajuster aussi bien au chapitre des ventes que de la publicité. La démocratisation de l’internet est un autre facteur de changement auquel l’Association doit s’adapter tout comme ses membres. Pour faire face à cette évolution, différents cours de formation sont offerts par la CCAM aux employés des concessionnaires afin d’être en mesure de s’adapter aux changements du marché. Quant au Salon de l’Auto, la direction doit faire des miracles suite à la déchirure du toit du Stade olympique quelques heures avant l’ouverture officielle en jan-vier 1999. Il faudra au cours des deux années suivantes trouver des solutions alternatives.


2000

2000

La dernière décennie avant d’atteindre le 100e anniversaire de la Corporation connaitra sa part de turbulences. Les problèmes du Salon de l’Auto pour se trouver un site approprié ont été réglés lorsque l’événement s’est installé à long terme au Palais des congrès de Montréal. De plus, l’implication caritative de la CCAM s’amplifie avec la création de l’Avant-première Bénéfice l’APB, une soirée philanthropique pour venir en aide à des fondations hospitalières de Montréal. Le marché des voitures usagées prend de plus en plus d’importance et la Corporation met sur pied un programme afin d’inciter les clients à transiger avec les concessionnaires membres de l’organisation. Les services aux membres s’amplifient et les cours de formation sont plus populaires que jamais. La collaboration de la CCAM avec la National Automobile Dealer Association prend de l’importance. Enfin, la crise économique de la fin de cette décennie cause des turbulences sur le marché et plusieurs concessionnaires en sont affectés. Mais comme par le passé, la Corporation trouve le moyen de traverser la tempête.